Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->La bataille d'Uskub 
   
 

La bataille d'Uskub

par Alain Coustaury

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°75 d' octobre 2018 pp. 23 à 25

Résumé d'après l'article

 
 

Cavalerie à Uskub
 

À Valence, le régiment des Spahis s’apprête à commémorer la bataille d’Uskub en organisant un colloque historique le samedi 29 septembre 2018.

Lorsqu’on évoque la Grande guerre, on oublie quelque peu le front d’Orient engagé par les troupes françaises et britanniques dans les Dardanelles (appuyées  par les  Russes) puis dans les Balkans, pour prendre à revers l’Allemagne et ouvrir un front sur le flanc sud-est tenu par les bulgares et l’empire Ottoman.

À la suite des échecs aux Dardanelles en 1915, les armées de l’Entente débarquent à Salonique en 1916 et mènent des opérations en Macédoine.

 
 

 

Le général Franchet d’Espèrey, vainqueur en juillet en Albanie, déclenche le 15 septembre 1918 une offensive qui a pour mission de s’emparer de Grasdko sur le Vardar et de Prilep au nord de la boucle de la Cerna (Tcherna), affluent du Vardar.
L’objectif suivant est la prise d’Uskub (Skoplje).
Franchet  d’Espèrey continue son offensive, cherchant à atteindre les nœuds de  communication le long de la vallée du Vardar en contournant les défenses de la vallée à travers la montagne.
Ce faisant, il coupe l’armée germano-bulgare en deux, d’un côté la XIe armée allemande, de l’autre la Ire bulgare.
L’effet de surprise joue à plein et les Franco-Serbes progressent rapidement malgré une forte résistance et les difficultés liées au fort dénivelé des montagnes parcourues.
Gradsko et Prilep sont prises le 23 septembre.

 

Le Vardar et la Porte de Fer
 
 

Exercice de tir au mousqueton
 

 

 

 

Les 26, 27 et 28 septembre, le raid de 130 km de la cavalerie avec ses 2000 chevaux grimpant des sentiers de chèvre, sur Uskub est un épisode d’anthologie.
La brigade de cavalerie de Jouinot-Gambetta équipée de chevaux barbes, sobres et endurants, fonce vers Uskub à travers des sentiers escarpés de montagne culminant à 2000 m.

Le lieutenant-colonel Guespéreau, le 29 septembre, lance l’assaut sur Uskub.
Dès 9 heures, la gare, lieu stratégique, est enlevée ainsi que le mont Vodna (1066  mètres) dominant la ville.
Dans la soirée, la ville est entièrement aux mains des spahis.

La conquête d’Uskub est décisive pour comprendre la capitulation des Bulgares en précisant toutefois que les négociations débutèrent dès le 25 septembre.