Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Site troglodyte de Châteauneuf sur Isère 
   
 

Site troglodyte de Châteauneuf sur Isère

Par Gérard Roch

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°77 de mars 2019 pp. 3 à 7

Résumé d'après l'article

 
 

Habitation troglodyte


 

Le site des troglodytes de Châteauneuf-sur-Isère connu et reconnu depuis très longtemps est enfin parvenu à la notoriété grâce à la Mission Patrimoine portée par Stéphane Bern, initiée par le président de la République, Emmanuel Macron.
L’espace, retenu par la municipalité pour valoriser ce patrimoine de molasse, est multiple. Il  comprend nombre de maisons troglodytes et des carrières ouvertes, véritables photographies  de la géologie du lieu.
À l’ère tertiaire, au cours du miocène, la mer envahit la vallée du  Rhône, le dépôt des alluvions forme un socle de molasse particulièrement apparent sur le site de Châteauneuf-sur-Isère.
La molasse est une roche sédimentaire : un grès composé  principalement de grains de quartz et lié par un ciment de calcaire. Cette roche a été exploitée pendant plusieurs siècles comme pierre de taille.
Les premières extractions de pierre de  molasse à Châteauneuf dateraient de l’époque romaine et celles-ci seraient plutôt situées sur  le coteau du Châtelard à l’ouest du village.

 
 

 

Ces carrières se situent sur trois niveaux.
Le premier, le plus bas a été noyé par le barrage EDF en amont du village de Châteauneuf.
Le deuxième niveau, le plus riche en carrières souterraines, s’étire au long de la départementale 101en direction de Bourg-de-Péage sur un kilomètre environ.
Le troisième niveau, à la hauteur du vieux village perché, est celui qui est destiné à être aménagé pour le public afin de faire découvrir le site d’extraction de la molasse.

Les tailles dans les carrières de molasse sont banales.
Le pic est l’outil principal, les blocs,  généralement calibrés, sont découpés de la paroi sur trois côtés puis désolidarisés du ban de molasse par l’introduction de coins en fer et d’autres en bois secs que l’on imbibait afin que  la dilatation de ces derniers provoque la séparation du moellon de molasse du socle de la roche.

 

Traces d'extraction

 
 

Autres maisons troglodytes
 

 

 

 

Sur ce même lieu, des habitations troglodytes subsistent, il y a nécessité de les conforter assez rapidement.
Les dernières d’entre elles ont été habitées jusqu’au début du XXe  siècle  puis, depuis, épisodiquement.

La future maison des carriers est une bâtisse de la Renaissance totalement construite en  molasse.
Sa restauration  permettra, après l’aménagement du bâti, l’accueil des visiteurs afin de mettre en place un lieu de présentation de l’extraction de la pierre de molasse, si  emblématique de la Drôme des collines.