Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Les pompiers à Grâne 
   
 

La création du corps des sapeurs pompiers à Grâne

Par Robert Serre

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°72 de décembre 2017 pp. 24 à 26

Résumé d'après l'article

 
 
Le corps des sapeurs pompiers devant la mairie en 1936
 

 

 

Aussitôt après les trois journées révolutionnaires de 1830, des troubles réapparaissent et l’idée de recréer les gardes nationales est mise en avant.
À Grâne, le 22 août. « 297 habitants se sont réunis ce jourd’hui spontanément [sic] a trois heures de l’après-midi pour organiser la  garde nationale de cette commune. »

L’objectif en est de donner une force armée à la bourgeoisie puisque seuls en font partie ceux qui s’équipent à leurs frais.
Le corps de sapeurs-pompiers est créé en 1831, au moins sur le papier : la troisième compagnie dans la Garde Nationale.
On a certes formé la Compagnie et élu officiers et sous-officiers, mais pendant plusieurs années, le corps dépourvu de matériel n’aura guère d’autre fonction que de parade.

 
  Le feu a toujours été un des grands ennemis de nos villageois. Les moyens pour lutter contre l’incendie étaient limités et précaires, le plus efficace consistant à démolir les maisons contiguës à l’immeuble en flammes.
Les incendies étaient fréquents, leur naissance et leur extension étant facilitées par l’entassement des habitations dans l’enceinte du village, les  réserves de bois, la présence permanente du feu dans la cheminée, mais aussi par l’élevage du ver à soie qui nécessitait un chauffage intensif.
Après plusieurs démarches stériles, on décide le 11 août 1840 l’achat d’une  pompe à incendie.
La  livraison finalement retardée n’aura lieu que le 12 avril 1845 et les essais confirment son bon fonctionnement.
L’organisation de la compagnie et son fonctionnement sont régis par un règlement de dix pages soigneusement transcrit sur un grand cahier.

Après l’insurrection de 1851, la Garde Nationale, donc la compagnie des pompiers, est  désarmée et dissoute. Grâne restera vingt ans sans soldats du feu. Le corps de Grâne sera reconstitué sur la demande du maire Dansage  le 27 décembre 1871.
 
La pompe à incendie de 1845
 
         
  Haut de la page