Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Secours mutuel à Châtillon en Diois 
   
 

Bienfaisance, Secours mutuel, courage et dévouement à Châtillon en Diois

Par Danielle Haeringer

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°72 de décembre 2017 pp. 17 à 21

Résumé d'après l'article

 
 
Pompiers/pompières volontaires en 2015
 

 

Si l’on remonte le temps, on constate que les pouvoirs publics ont, le plus souvent, montré de la méfiance pour toute forme d’association. L’État craint le pouvoir du groupe : ces associations d’individus motivés peuvent être des ferments de rébellion contre les tendances autocratiques et centralisatrices.
Le bourg de Châtillon, un millier d’habitants en 1896, est un microcosme étonnant, avec tous les ingrédients pour un bouillonnement permanent, et dont les libre-penseurs tiennent les rènes.
Très tôt on y pratique la solidarité : l’imbrication entre l’histoire de la Compagnie des Sapeurs-Pompiers et celle de la Société de Secours Mutuel châtillonnaise, dénommée La Fraternelle,  apparaît clairement dans le Journal de l’association, déposé aux archives communales.

 
  En 1886, trente-quatre habitants de Châtillon « se groupèrent pour former une association à  seule fin de manœuvrer la pompe à incendie du bourg de Châtillon…
Plus tard les sus-nommés manifestèrent l’intention de se constituer en Société de Secours Mutuel...
Monsieur le Préfet de la Drôme approuva à la date du 24 décembre 1887 les statuts qui régissent actuellement cette  association.
La réputation de gestion rigoureuse de la Fraternelle, et de la Compagnie des Sapeurs-Pompiers  de Châtillon, permit à la Municipalité, d’une part de très bien équiper la nouvelle compagnie (pompes, uniformes courants et de cérémonie, manuels, outils etc.) et d’autre part de bénéficier à trois reprises en deux ans, de subventions et de prêts à un taux attractif de la Caisse des Dépôts.
La sécurité contre le feu, les inondations, les noyades relève en zone rurale de la  sphère privée : des volontaires, encouragés par la Mairie, dans le cadre de la solidarité  villageoise s’y engagent.
 
Diplôme du Secours mutuel
 
 

Mais les Sapeurs-Pompiers, sont assimilés à des paramilitaires, avec  leurs haches et autres outils conséquents pour combattre le feu, ce qui amène le préfet à reconnaitre au maire la faculté de désigner un certain nombre de citoyens auxquels serait confié le service des pompes à incendie.
Il ne semble pas que Châtillon ait connu des incidents ou des interruptions du service des pompes à incendies, ni d’arrêtés d’interdiction de la Préfecture, contrairement à maintes autres communes…

 
         
  Haut de la page