Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Philippe Favier 
   
  Philippe Favier
Par Anne-Marie Ravel
Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°71 d' octobre 2017 pp. 13 à 18

Résumé d'après l'article

 
 

Philippe Favier, dans son atelier à Châteaudouble
 

 

Le château de Châteaudouble vit une Re-naissance et s’anime délicatement par la grâce de  son nouveau propriétaire. Le peintre, graveur Philippe Favier habite (au sens plein du terme) la demeure et multiplie, dans son vaste atelier, des minuscules cosmogonies.
Né le12 juin 1957 à Saint-Étienne, diplômé de l’École Régionale des Beaux-arts de la ville, où il enseignera, peintre, graveur Philippe Favier est remarqué très tôt pour ses miniatures.

Philippe Favier travaille la pointe sèche, le stylo à bille, l’encre de chine, la peinture, l’émail à froid sur verre, l’eau-forte, la feuille d’or.
Cet artiste utilise divers supports : le papier, la cartoline, le cuivre, en passant par les boites de sardines sur lesquelles il dessine de  minuscules personnages en émail à froid.

 
 

 

En 1999-2000, il a aussi été choisi par la Manufacture de Sèvres, sur concours, pour réaliser  le décor or sur fond « bleu  nuagé » du grand service de table du Millénaire, destiné aux repas  d’apparat de la table présidentielle à l’Élysée.

La  DRAC du Limousin lui confie, en 2004, avec le Centre de recherche sur les Arts du Feu et de la Terre, la  réalisation  de vitraux en lithophanie dans l’église de Jabreilles-les-Bordes, près de Limoges.

 

Sciophiligrane (2010) Photographies découpées, rivetées et clouées au mur.
 
 

Les citrons 1985 Villa Médicis
 

« Je travaille en totale liberté, de mon travail émergent peu à peu des expressions qui, parfois, trouvent leur sens profond plus ou moins longtemps après… si je ne les ai pas détruites car je détruis beaucoup »…
« Actuellement, pour ma série “Mélancolie”, en référence au film
Mélancholia,  je colle des  pièces de puzzles, d’encastrements, en bois, achetés aux puces, je les assemble et je les peins, créant ainsi des bas-reliefs sombres comme des orages.»
Pourtant, du ciel à la terre, ces emboîtements de plaques donnent bien l’impression de  ténèbres envahissant l’espace souterrain. Est-ce la vision sombre de l’avenir sur la planète ?  En tout cas, d’un œil amusé, on relèvera, toujours avec une allusion géographique…  et  humaine, « La tectonique des ploucs » parce que Philippe Favier, qui a su garder un tempérament discret, ne manque pas d’humour !