Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->La légende du miracle des roses 
   
 

La légende du miracle des roses

Par Jean-Paul Robin

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°80 d' octobre 2019 pp. 22 à 26

Résumé d'après l'article

 
 

Église et château de Bathernay
 

 

La similitude de légendes relatives à deux femmes, Marie de Valernod et Gastonne de Bathernay, nées dans la Drôme des Collines à des époques différentes (XVIIe  pour l’une et  XVe pour l’autre) ne laisse pas d’intriguer. Outre leur même origine sociale, la petite noblesse drômoise, ces deux personnes obsédées de pratiques charitables, vont se complaire dans une même et grande piété, tradition familiale de part et d’autre.
À Bathernay, Catherine l’épouse du seigneur, recherchait tous les signes de misères pour aider à les soulager. Sa bienfaisance s’exprimait de façon permanente, ce que lui reprochait son mari, Arthaud de Bathernay, rude guerrier et gestionnaire pointilleux de ses domaines.
À Theys, la vie de Marie de Valernod n’était que bonté et dévouement aux autres et aux plus  démunis en particulier, ce qui n’était pas sans générer des tensions avec son seigneur, maître et mari, Monsieur d’Herculais qui lui reprochait ses excès de générosité pour de vils manants.

 
         
  Toutes deux, surprises par leur mari au sortir du château, se virent intimer l’ordre d’ouvrir leur vêtement pour montrer ce qu’elles y cachaient et ce furent des roses qui se répandirent  sur le sol ! Similitude marquée de ces deux légendes malgré les siècles qui les séparent…
Se poser la question de la construction sociale d’une légende... et de sa transmission dans le temps et les mémoires locales nécessite un triple regard historique, sociologique et peut être  aussi psychologique, d’autant plus qu’existe un grand nombre d’exemples de cette même légende en divers pays et à diverses époques.
L’article développe ensuite une étude détaillée des aspects de ces légendes :
Quels en sont les points communs ?
Comment expliquer l’émergence répétée de cette légende dans différents pays ou périodes ?
Légendes et mythes : apport de la sociologie et de la psychologie sociale.
Catherine de Bathernay et Marie de Valernod ont bien traversé l’histoire locale, l’une au XVe siècle, l’autre au XVIIe. Leur vie personnelle a laissé des traces matérielles au château de Bathernay et au château d’Herculais à Theys.
Mais la légende n’est pas l’histoire. 

 

Huile sur bois, de 1859 (Musée de Bruxelles)