Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Laclos, l'inconnu de Valence 
   
 

Laclos, l'inconnu de Valence

par Jacques Louis Perrin

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°75 d' octobre 2018 pp. 32 à 37

Résumé d'après l'article

 
 

Portrait
 

 

 

Choderlos de Laclos, inconnu à Valence, ostracisé en littérature, injustement ignoré par beaucoup d’historiens du XVIIIe siècle, est une curieuse figure du génie français.
Pourquoi l’auteur d’un des plus remarquables romans de notre langue, Les Liaisons dangereuses, est-il superbement ignoré par le célèbre manuel Lagarde & Michard ?
Pourquoi l’officier, artilleur hors pair, inventeur du boulet creux est-il autant sous-estimé ?
Pourquoi le champion avant l’heure de l’égalité des droits homme-femme se retrouve-t-il à ce point aussi méconnu de nos jours ?

 
 

 

En 1777, débarque à Valence Pierre Ambroise Choderlos de Laclos, chargé du transfert dans cette ville de l’école d’artillerie de Besançon.

Valence est à l’époque une petite cité de 5 000 habitants, aux ruelles étroites, sales et boueuses, où les habitants croisent sans cesse deux figures obligées du lieu : le religieux et le soldat.
Que faire à Valence, qui ne proposait pas au jeune officier le milieu intellectuel et  mondain qu’il avait trouvé à Grenoble où il avait séjourné pendant six ans ? Écrire, bien sûr.

Après vingt ans d’une vie de garnison assez terne, avec des mutations aux quatre coins de la France, les années 80-82 sont enfin pour Laclos une embellie salutaire. Il publie son roman  Les Liaisons dangereuses, et il fait la connaissance de Marie-Soulange Duperré, l’amour de sa vie.
Après une période agitée de sa vie, il suit avec enthousiasme l’ascension de Bonaparte qui lui rend son titre de général et l’affecte à l’armée du Rhin dont il commande l’artillerie. Il meurt des suites d’une dysenterie.

 
 
 

 

Le roman de Laclos n’est pas d’un genre nouveau, mais sa façon de le traiter place le lecteur au cœur du champ de bataille sentimental.
Le succès de scandale du départ va se muer peu à peu en réussite universelle et l’ouvrage deviendra un grand classique, qu’atteste aujourd’hui  la parution en Pléiade. Pour prolonger la démarche de Laclos, voir les nombreuses adaptations  ultérieures de son roman : sept pièces de théâtre, un opéra, une transposition télévisuelle, et surtout trois films qui ont eu en leur temps un énorme succès.
La vie sentimentale de Laclos, elle-même, fait apparaître un personnage aux antipodes des libertins qu’il met en scène. C’est au contraire un romantique avant l’heure.