Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Le FIEF, Foyer International d'Études Françaises  
   
 

Le FIEF, Foyer International d'Études Françaises

Par Bernard Martini

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°74 de juin 2018 pp. 14 à 17

Résumé d'après l'article

 
 

Le panneau du F.I.E.F.
 

 

 

Personne ne peut arpenter les ruelles du vieux village de Châteauneuf-de-Mazenc sans succomber au charme des vieilles pierres, des bouquets de roses trémières et de l’architecture moyenâgeuse de ce village perché.
Le promeneur restera d’autant plus perplexe devant le grand panneau qui domine l’entrée de ce qui fut sans doute jadis la cure du village.
Que vient donc faire ce FIEF (Foyer International d’Études Françaises) perdu au milieu des vieilles pierres ? se demande le promeneur d’autant plus perplexe devant ce grand panneau...

Cette question a souvent été posée au fondateur même de cet institut, Ernst Jablonski dit Ernest Jouhy, qui aurait eu 100 ans en 2013.

C’est en 1981, lors du XXe anniversaire de la naissance du FIEF, qu’il y répondit longuement.

 
 

 

Son cursus personnel, qu’on découvre dans l’article, explique clairement sa démarche.
C’est un “survivant” d’une génération coupable et sacrifiée, en France comme en Allemagne, qui a trouvé les amis pour partager ses espoirs et sa peine dans la réalisation du FIEF.

Ernest Jouhy considérait le tandem franco-allemand comme l’atelier de l’avenir et estimait qu’il fallait dépasser la réconciliation pour former des passeurs de culture, de véritables citoyens de demain.
Et c’est ainsi que le FIEF depuis le début des années soixante est un lieu  d’accueil, de  rencontre et de partage.
Il se propose d’accueillir les professeurs, étudiants et travailleurs sociaux étrangers, désireux de faire mieux connaître, dans leur pays d’origine, la civilisation française sous tous ses aspects (historiques et actuels).

 

Ernest Jouhy et son épouse, entourés d'élèves
 
 

Un groupe de stagiaires à Châteauneuf-de-Mazenc
 

 

 

Dès les débuts du FIEF, la jeune République Fédérale d’Allemagne est soucieuse de  l’éducation politique de la jeunesse ; les centrales d’éducation politique de chaque Land collaborent avec le FIEF.

Fidèle à l’esprit de son fondateur, le FIEF a, pendant toutes ces années, accueilli également des orchestres, des chorales, des syndicalistes, des écrivains, des artistes venus se ressourcer  en découvrant les richesses des paysages de la Drôme et du patrimoine culturel de la région.

Et puis l’Europe est là, avec un besoin toujours plus pressant de comparer, de comprendre,  d’exiger.
Le défi est grand. Les dangers du communautarisme, le manque de tolérance, la recrudescence du racisme, l’ignorance de l’autre, les préjugés, l’angoisse du lendemain ! Tout cela nous interpelle.
Le travail de médiation que réalise le FIEF est donc toujours aussi pertinent et peut servir de modèle pour les pays où s’affrontent des histoires, des cultures qui étonnent d’aucuns et bien vite les inquiètent.