Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->L'enclave des papes 
   
 

L'enclave des papes

par Henri Veyradier

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°69 de mars 2017 pp. 3 à 7

Résumé d'après l'article

 
 

Carte des états du pape
 

 

L’enclave des papes, aussi dénommée enclave de Valréas, est un territoire de 125 km2 situé au sud du département de la Drôme. Cette situation, un peu à l’écart du Rhône, sur un axe nord-sud a favorisé les échanges commerciaux.
De nombreux matériels archéologiques présentés dans les musées du Pègue et de Valréas témoignent de l’ancienneté de l’habitat  (Préhistoire) et de la diversité des échanges (matériaux provenant de régions distantes de plusieurs centaines de kilomètres).
Aux environs de l’An Mil, de puissantes familles seigneuriales se disputent la contrée : Comtes de Provence au sud, Comtes de Valentinois, puis Dauphins de Viennois au nord.
La première date importante dans l’histoire de l’Enclave est 1125 qui voit le partage du  Comté de Provence.
C’est en 1264 que le marquisat de Provence est attribué effectivement aux papes : il prend alors le nom de comtat Venaissin.
Le pape Jean XXII s’empare, le 21 juin 1317, de l’ancienne commanderie de Richerenches. C’est l’acte de naissance de l’Enclave.
À partir de 1481, le Comtat, cerné par le royaume de France en devient une véritable  enclave, rendant d’autant plus menaçants les risques d’annexion.

 
  Le Comtat et l’Enclave vont connaître une ère de relative prospérité car  la souveraineté des  papes était moins prégnante (impôts, taxes) que celle d’un souverain laïc, surtout lorsque les  papes retournent  définitivement à Rome (1376) et confient l’administration à des subalternes.

Et pour les habitants de l’Enclave , cette souveraineté présente deux avantages supplémentaires :
–  Valréas devient chef-lieu du « Haut-Comtat » ; une trentaine de localités passent sous sa responsabilité administrative.
–  Mais surtout, la situation d’enclave est tentante pour se livrer à une juteuse activité de contrebande en se procurant en Comtat des produits nettement moins taxés que dans le royaume et en les diffusant dans les localités avoisinantes non comtadines.

C’est la période révolutionnaire qui va rendre définitive l’annexion à la France. L’enclave disparaît alors momentanément pour renaître de ses cendres vers 1800, avec ses quatre communes formant le canton de Valréas.

Les difficultés administratives sont nombreuses et dernière en date, le nouveau président de la nouvelle région Auvergne Rhône-Alpes envisageait dans une interview après son élection, de rattacher l’Enclave à sa région…  c’était selon lui une boutade…

 

Grillon : la maison des trois arches