Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Le cubisme dans la Drôme 
   
 

Le cubisme dans la Drôme

Par Martial Duvert

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°80 de décembre 2019 pp. 32 à 37

Résumé d'après l'article

 
 

Albert Gleizes
  La Drôme fortement liée au mouvement cubiste ? Plusieurs peintres reconnus en sont des protagonistes incontournables.

Devant la difficulté d’exister à Paris en ce début de XXe siècle, beaucoup d’artistes choisissent l’enseignement ou l’écriture et s’expatrient en province.

Parmi ceux-ci Albert Gleizes, Jean Lhote et Vanber vont choisir notre région.

Albert Gleizes (Paris,1881-Avignon,1953) est un peintre, dessinateur, graveur et théoricien.
Il choisit la commune de Sablon en Isère où sa femme est propriétaire d’une maison de mariniers au bord du Rhône, idéale pour son projet de communauté artistique qui portera le nom de Moly Sabata. Il est sévèrement pénalisé par son intérêt pour l’Art religieux, la loi de 1906 n’en faisant pas une priorité pour les musées français.
 
 

 

 

 

 

Anne Dangar née à Kempsey en Australie en 1885, s’installe à Sablon et abandonne peu à peu la peinture pour se consacrer à la céramique.

Dimitri Varbanesco (1908-1963), d’origine roumaine arrive en France en 1929. Après la guerre, il s’installe à Saint-Restitut dans la Drôme. Il se démarque de plus en plus de son style cubiste pour affronter un art marqué par le surréalisme

 

Dimitri Varbanesco
 
         
 

André Lhote
 

 

André Lhote (1885-1962) participe à l’exposition de la Section d’Or à la Galerie la Boétie.
Très marqué par le cubisme, il se positionne contre l’académisme, étant parfois acerbe envers les avant-gardes.
Entre 1912 et 1962, il publie des textes dans plus de soixante revues.
Son installation à Mirmande transforme ce village. Combien d’artistes sont venus le rejoindre en été et se sont installés ici ou aux alentours ? Il est difficile d’en faire un compte exact !

Il faut reconnaître chez lui comme chez Albert Gleizes, à côté de leur œuvre, une réussite : celle d’avoir révolutionné l’enseignement de l’Art, en y introduisant un esprit critique.

 
 

 

 

Vanber (Albert Voisin, dit) (1905-1994).
Albert Gleizes, Robert et Sonia Delaunay et André  Lhote, tous membres du Cercle d’Or, sont déterminants dans sa carrière.
Il choisit la Drôme en 1956.
Arrive l’heure des affiches lacérées et recomposées par des collages, des sculptures  faites de racines ou d’objets usuels, des patchworks…

Son projet Art et Jeunesse, avec l’aide de Jacques Clerc et d’Alain Rais destiné à faire bénéficier les Crestois d’expositions dignes de la capitale reste trop discret de façon incompréhensible.

 

Vanber
 
 

Madeleine Théry
 

 

 

Madeleine Théry, peintre, céramiste, graveur, épouse de Vanber, n’a cessé de peindre, malgré une santé psychique fragile.

Alejandro Obregon (1920-1992), peintre, muraliste, sculpteur et graveur. Il quitte la Colombie en 1949, suit une formation artistique chez André Lhote à Mirmande puis achète une maison à Alba-la-Romaine (Ardèche).
Il fait la connaissance de Picasso en 1954, puis retourne en Colombie en 1955.