Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles ---> Les compagnons de la musique en Drôme 
   
 

Les compagnons de la musique en Drôme

par Michel Chaudy

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°73 de mars 2018 pp. 5 à 9

Résumé d'après l'article

 
 

Répétition au château de Séchilienne
 

 

Compagnons de France est une association (loi 1901) créée en juillet 1940 pour accueillir les jeunes sans emploi et souvent sans famille. Les Compagnons de la musique sont un petit groupe d’une dizaine de personnes, créé en 1941, au sein des Compagnons de France, s’exerçant au chant choral sous la direction de Louis Liebard. Il leur fallut presque un an pour  mettre au point leur récital composé de vieilles chansons françaises.
Et c’est en 1946 qu’ils prendront le nom de Compagnons de la chanson.
Dès octobre 1941, les Compagnons de la musique s’émancipent pour quitter le giron des Compagnons de France et s’autofinancer.
C’est le début d’une grande aventure communautaire.

 
  Le deuxième anniversaire se fête à Randa, près de Vichy et c’est un succès avec, entre autres « Perrine était servante », chanson qu’ils garderont très longtemps. Gustave Coureau, responsable pour la Drôme des Compagnons de France, va faciliter l’organisation des représentations dans ce département en octobre 1942, janvier 1943 et octobre 1943.
La presse locale de l’époque relate fidèlement les comptes-rendus des représentations. Entre temps, ils ont été accueillis dans plusieurs salles à Paris et avec un succès certain. Ils ont reçu d’Édith Piaf des encouragements.
Un des chanteurs, Hubert Lancelot, se rappelle qu’après un spectacle que le groupe donne à Valence, un homme les aborde : « Je suis le patron d’une petite entreprise que les Allemands ont voulu réquisitionner. Avec tout mon personnel, j’ai pris le maquis. Je voudrais que vous  veniez chanter pour nous.Une camionnette vous attendra demain. Il y a aucun risque. » C’est ainsi que les neuf garçons et les deux filles sont bringuebalés dans un vieux camion jusqu’au plateau de Combovin, à la ferme de Mourras appartenant à la communauté. Ils sont accueillis par les compagnons de la communauté, réunis en assemblée générale semestrielle. C’est une bonne surprise.
 

1946, avec Édith Piaf
 
 

17 juillet, à la ferme de Mourras
  En janvier 1944, l’association des Compagnons de France est dissoute par le gouvernement  de Vichy mais les Compagnons poursuivent leur activité.
C’est en 1946 que se produit la scission : les jeunes chanteurs veulent profiter du succès
grandissant auprès du public et créent une société coopérative (SCOP) qui porte le nom de
« Les Compagnons  de  la  Chanson  ».
Toutes les décisions se prennent à la majorité. C’est en conseil d’équipe qu’est décidé que les Compagnons de la chanson seront toujours composés de neuf garçons.
En avril 1946, les Compagnons de la chanson partent en tournée de 15 jours, en Allemagne, avec Édith Piaf. « Les Trois Cloches » est un succès. Mi 1946, Édith leur propose une tournée aux USA. C’est le début de plus de dix ans de spectacles ensemble.
 
 

Le 10 mai 1983, les Compagnons de la chanson donnent leur dernier récital au théâtre de l’Olympia (Paris).
Fred Mella, natif d’Annonay, entre aux Compagnons en 1943 comme soliste. Après la dissolution de 1983, il poursuit seul une carrière de chanteur jusqu’en 2014 à 90 ans !