Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Brève histoire du château de Châteaudouble 
   
  Brève histoire du château de Châteaudouble
Par Jean-François Duvic
Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°71 d' octobre 2017 pp. 10 à 12

Résumé d'après l'article

 
 

Façade ouest avec ses deux tours rondes
 

 

 

S’il y a aujourd’hui un important château de style Renaissance tardive dans le canton de Chabeuil, à Châteaudouble, petit village du pied du Vercors, c’est qu’il y avait ici, sous l’Ancien Régime, un fief puissant allant des confins de Charpey et Montélier jusqu’aux plateaux du Vercors.

Ce fief a appartenu très tôt aux Poitiers-Valentinois et l’on retrouve ce fief dans les possessions de Diane de Poitiers au XVIe quand elle obtiendra le  titre de duchesse de Valentinois

 
 

 

Ce premier château a été détruit pendant les guerres de religion, en deux temps (en 1579 par les Romanais, et en 1581 par l’armée catholique). On l’appelle désormais le «château rompu ».
Plusieurs opérations de dragonnades auront lieu par ici, dans lesquelles le château et ses propriétaires vont, à chaque fois, jouer un rôle.

À la Révolution, le château n’aura pas à souffrir des destructions de « la Grande Peur » à l’été 1789, mais se verra amputé de sa grille d’entrée par les sans-culottes de Romans.

Le propriétaire actuel est le plasticien Pierre Favier, il a pour projet de créer une fondation destinée à la restauration du château grâce au mécénat.

 

Entrée est du château avec ses deux tours carrées
 
 

La cheminée de la cuisine
 

 

 

Classé monument historique depuis 1990, et situé à près de 400 mètres d’altitude, il possède une terrasse donnant sur la vallée du Rhône et une vue jusqu’aux Cévennes et au Mont Mézenc.
Ce château, l’un des plus beaux, complets et homogènes de l’époque XVIe -XVIIe siècle dans la Drôme, a été le témoin de l’Histoire religieuse, politique et économique de la  région.
Il a servi de cadre pour des manifestations culturelles, comme le festival « Saoû et la Drôme chantent Mozart », avec des concerts de toute beauté dans sa cour carrée.