Vous êtes ici : ---> Accueil ---> Contenu de la revue ---> Résumés d'articles --->Le château de la Touche  
   
 

Le château de la Touche

Par Anne-Marie Ravel

Ed. AUED, Valence, Études drômoises, revue trimestrielle,
n°80 décembre 2019 pp. 2 à 9

Résumé d'après l'article

 
 

Le château
 

 

 

Parmi les 121 monuments choisis par la Mission confiée à Stéphane Bern pour la sauvegarde du patrimoine, figure le château de La Touche, en Drôme provençale, et  nous avons été séduits par l’enthousiasme de ses propriétaires Mathilde Béjanin et Hubert Naudeix.

C’est en 2017 que Mathilde et Hubert font l’acquisition des lieux.

Ils transfèrent dans le château la gestion de leurs entreprises respectives et il reste à lancer les chantiers de restauration de leur nouvelle demeure : le travail est colossal…

 
 

 

Ce château, dont l’agencement traverse les siècles, est à l’origine  une forteresse, bâtie au XIIe siècle par la puissante famille des Adhémar.
Le mur crénelé témoigne de ce passé militaire.
La façade nord est encadrée par deux tours avec une cour intérieure orientée au sud qui révèle  divers éléments d’architecture médiévale : une construction en saillie, percée de mâchicoulis  (bretèche), des ouvertures pour augmenter l’angle de tir des défenseurs, des flèches, vestiges de l’ancien pont-levis.

C’est XVe siècle que le château a été transformé en résidence plus confortable par les Seigneurs d’Urre de LaTouche, avec ouverture de fenêtres à meneaux, galerie sur croisée d’ogives et rajout d’une tour polygonale hors-œuvre (indépendante) avec escalier à vis pour monter à l’étage.

 

La cour intérieure
 
         
 

La tour en travaux
 

 

 

Au XVIe siècle, lors des guerres de religion, le château doit se fortifier pour la seconde fois, avec la construction d’une tour en éperon munie de canonnières à rotule, équipement très rare.
Après la Révolution, divers propriétaires se succèdent au château. C’est donc plus récemment  en 1960, que Manon Thomas, artiste céramiste, proche de Picasso et de Cocteau s’y installe.

De longues années sans entretien vont confronter les nouveaux propriétaires à des travaux d’envergure.

2017-2018 voient des travaux de première nécessité pour assurer la survie du château.
En 2018-2019, il s’agit de rendre habitable une partie du logis : l’intégralité de l’électricité et de la plomberie sont revus, des pièces aménagées.
La campagne 2019-2020 verra les ouvertures restaurées et ensuite le parc, à l’abandon, sera l’objet de tous les soins avec terrasse, jardin à la française et à l’italienne, treille, verger, potager…

Une association des Amis du château de La Touche est en cours de création, qui aura à cœur  de redonner une âme culturelle au château.